A celui qui n’est pas descendu

Vois – tu ?

Comme il a été effroyable ton feu, forgeant le moindre de mes recoins,

Fragile, soumise, à la froideur de tes expériences.

Vois-tu, comme à chaque déversement j’ai pu, mieux te contenir ?

J’ai bien appris aussi à descendre cette blessure

Expiration

As-tu vu ?

Comme le feu de ma colère grandissait pour t’atteindre,

Récupérant ces lignes de temps, forgeant cette déchirure

Avais-tu oublié toi aussi L’Unité ?

J’ai bien appris aussi à me composer

Inspiration

Une révérence à l’abime

Il y a des êtres bizarres, tel un gouffre absorbant et ne restituant rien… Il y a des êtres ne sachant se nourrir d’eux, s’engouffrant dans les flots, un capitaine sans gouvernail ou un navire sans capitaine. Il y a des êtres issus d’un néant, entre la vie et la mort, décharnés, voyageant dans le monde, comme des saltimbanques, jouant sur un air de théâtre. Il y a des êtres ricanant de l’oubli, dérobant et dérobés à leur tour, contrôlant, contrôlés. Ils ont très peu de repos ces êtres, soutirant, soutirés, survivant…d’un monde éclaté, projeté. Tel un poème tombant par terre, fractionnant ses vers. Ses vers a soi. Vouant allégeance à qui ils doivent… une dette lourde à porter…L’histoire les a décrits comme des révoltés… ???Quelle plaisanterie ! Je tire une transparente révérence à l’abime, devant supporter, toute cette ignorance. Et c’est dans cette profondeur que nous traversons, sans leur laisser aucune de nos attentions, que nous nous souvenons… Quelle ironie.

Je t’écris, car t’écrire c’est être en toi

Il y a des rencontres qui nous marquent. Il y a des rencontres destinées à se rencontrer. Quel paradoxe. Comme si le fait de se rencontrer devenait un état. Un état de se rencontrer, comme un état d’être. Il y a des rencontres qui sont faites pour l’être, d’autres pour notre reflet. On ne peut se tromper sur l’intuition de ces rencontres, elles tombent comme une évidence. Ce sont les plus ravageuses, les plus meurtrières. Elles nous dépouillent, nous dépucellent. Nous laissant à nu, à nu de voir l’autre tel qu’il est et le voir beau, à nu de nous -mêmes. Il y a des rencontres qui s’entrechoquent. Déviant leur trajectoire pour l’instant, tout en gardant une symétrie. Il y a une grande révélation dans ces rencontres… On ne peut en mourir. On ne peut pas mourir de l’amour, on ne peut pas mourir du vivant.

Confrontation

Je suis en résonnance et je me transporte …. Là se trouve une femme très grande, puissante. Elle m’indique qu’elle a dans sa main, une pierre … Elle est verte.  Elle me tend cette pierre … Je ne l’a prend pas, derrière elle se trouve quelqu’un. Je sais que ce n’est pas moi. Elle s’amuse, c’est comme un test.  Je demande à celui qui se cache de se présenter. Elle ne veut pas. Il se présente, je le vois sans forme… mais je le connais.  Je le prends et l’isole… Je lui dis t’arrêter tout de suite son jeu et que je vais me déconnecter.

Il me dit : «  non, je vais y arriver »

Moi : «  c’est quoi cette pierre ?

Lui : une émeraude verte

Moi : pourquoi tu veux que je l’a prenne

Lui : pour posséder ton cœur

Moi : à quoi ça va te servir

Lui : à avoir des réactions plus vite

Moi : à quoi ça te sert de duper les cœurs

Lui : m’alimenter et comprendre

Moi : Il ne peut être pris ou posséder, tu le sais

Lui : je m’entoure toujours de bonne personne

Moi : tu veux le posséder, car tu n’en a pas ?

Lui : oui, je ne le sens pas

Moi : Alors tu es toi-même posséder, tu es un esclave

Lui : oui

Moi : tu veux apprendre ?

Lui : oui mais c’est plus pour duper

Moi : c’est toi-même que tu dupes, tu veux rester esclave ?

Lui : Non, je ne crois pas

Moi : tu veux être aimé ?

Lui : oui, admirer

Moi : ce n’est pas la même chose

Lui : ils ne me laissent pas

Moi : je ne peux pas te sauver, toi seul peut le faire. Tu aimes être comme ça, cela fait des millénaires que vous dites on n’a pas besoin, on sait tout, à faire des plans, alors laisse-moi te dire cela : il y a les personnes qui détiennent le savoir, d’autres détiennent l’amour et très peu savent qu’il faut les deux. Je te laisse !

Lui : alors on peut fusionner

Moi : je ne peux pas, je suis déjà moi, la place est prise, je reste avec moi. Je l’ai compris.  Mon travail m’appartient. Je ne t’invite pas.

Lui : Bien sûr et le plus important c’est la puissance de l’esprit et son pouvoir

Moi : Pour ceux qui croient qu’il n’y a que cela…Pour ceux qui se prenne pour des Maîtres et pourtant ils ne peuvent que se soumettre…

Lui : tu te prend pour qui ?

Moi : moi pour personne, justement, je t’observe